OMETEOLT – d’Albane MONDETOUR

Connaissez-vous Ométéolt?

Si comme moi vous ignoriez jusqu’à l’existence de ce mot, sachez qu’il s’agit du Dieu Deux. »ome »: deux et « teolt » ; énergie. Dans la mythologie aztèque,  c’est une sorte d’entité suprême, unique, immatérielle, transcendante, créateur unique de toute chose, atteignant la perfection, qui s’est divisé en deux divinités

Voilà donc la pierre angulaire de ce thriller captivant.

Mais où Albane Mondétour va-t-elle chercher tout cela? Il faut avoir une imagination débordante pour créer des romans aussi fous (NDLR: voir chronique de « Pour une vie » du même auteur).

Le pitch:

Nous suivons en parallèle 2 histoires: d’abord celle d’Elisabeth Médéric, la quarantaine, mariée à Antoine, maman d’un petit garçon, vivant dans le luxe d’une grande maison bourgeoise, au schéma plus que classique. Mais  Eli est malheureuse, sujette aux dépressions et victime de l’infidélité chronique et à peine cachée de son mari. Elle vivote grâce au soutien inconditionnelle de sa meilleure amie et associée Marie-Jeanne. Pourtant, un jour, tout va changer, grâce à l’amour, et le plaisir ressenti grâce à son amant Gilles.

Mais nous rentrons également dans l’univers de Juliette Chevalier, qui s’est fait délibérément enfermée dans un manoir sordide pendant 6 mois, en échange d’un appât financier alléchant; Choisie parce-quelle était jeune et belle, la vie de château va s’avérer atroce, livrée à la luxure, droguée et amnésique des soirées masquées, d’orgie entretenues à son insu. Bienvenue à « Ométeolt », secte fondée sur le plaisir et l’assouvissement des plus profondes bassesses masculines. Ces dernières sembleraient tellement intrinsèques, et incontournables.

La vengeance est un plat qui se mange froid, et les personnes concernées, useront de tout leur courage et toute leur détermination pour aller au bout de leur quête.

Ce que j’en ai pensé:

Comme mentionné en introduction au sujet de l’auteur: « Mais où va-t-elle chercher tout ça »?

On évolue à chaque fois dans des univers aux apparences si lisses, si bourgeoises bien « propres sur elles » et malgré tout, le gore et le désir de puissance se mêlent au sexe et au sang, à la « chirurgie ». On est oppressé par ce pouvoir de domination masculine, aussi bien par l’argent que  par le sexe, afin de mettre à terre et réduire la femme à l’état d’objet inutile.

Dès le début, on se doute qu’à un moment où à un autre, les destins (entendez par là, la vie 2 protagonistes féminines) vont se rejoindre, et on comprend assez vite qui en est le dénominateur commun.

En revanche, (pour ma part en tout cas), on ne s’attend à la prise en compte de l’espace temps, et la maîtresse d’Antoine n’est pas celle que l’on croît.

Aussi ce qui aurait pu être un coup de maître littéraire, m’a un peu perdue,. Je n’ai as réussi à détecter les signes qui auraient pû me mettre en alerte. Ca nécessite alors le besoin de revenir en arrière, de relire depuis le début pour mieux comprendre et suivre l’histoire, nourrie de ces nouveaux éléments. Et ce sera mon seul bémol sur le livre et l’histoire, car le thriller est merveilleusement mené et l’histoire tellement atypique.

Après avoir déjà lu Albane Mondétour, j’ai eu l’impression de me retrouver dans la maison familiale de « Pour une vie » et ça marque l’univers d’Albane Mondétour. Est-ce sa maison d’enfance ou la maison de ses rêves? Les hommes sont-ils tous aussi cupides et pervers? A l’heure du #balancetonporc, on voit que les langues se délient… Le Manoir de « Ométeolt »  pourrait avoir pour devise: »la morale n’existe plus, laissons aller nos pulsions ».

A chaque fois, Albane Mondétour nous envoie dans des histoires menées tambour battant et d’une main de maître. Je vais suivre avec intérêt sa prochaine sortie littéraire car j’ai encore envie d’être étonnée et bousculée. J’aime son univers, son écriture, et je vous la recommande si vous aimez les contre-pieds et une petite part de sadisme.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s